Agenda 2030: La société civile suisse fait bloc

Une quarantaine d'ONGs suisses ont lancé la Plateforme Agenda 2030 de la société civile. Elle veut assurer que la durabilité, à tous les niveaux, devienne le but ultime de la Confédération et d’autres décideurs.

 

Des ONG suisses s’engagent ensemble pour la mise en œuvre de l’Agenda 2030 de l’ONU et de ses 17 objectifs de développement durable. Aujourd’hui une plateforme a été lancée à Berne pour s’assurer que la durabilité, à tous les niveaux, devienne le but ultime de la Confédération et d’autres décideurs.

La Suisse s’est beaucoup engagée dans la formulation des ambitieux objectifs de la communauté internationale. Il y a exactement deux ans, le 25 septembre 2015, presque tous les chefs d’Etat et de gouvernement se sont réunis à New York pour signer l’Agenda 2030 de développement durable.

Pour s’assurer que la Suisse passe des paroles aux actes, une quarantaine d’organisations de la société civile suisse ont lancé aujourd’hui une plateforme commune. Elle vise à renforcer ses exigences de mise en œuvre de l’Agenda 2030 en Suisse et par la Suisse.

L’envoyé spécial pour le développement durable de la Confédération, l’ambassadeur Michael Gerber, a salué les représentants d’organisations de développement, de droits humains, de la paix, de l’environnement et des syndicats et il s’est réjoui que la société civile fasse bloc : « Sans la participation active et la pression de la société civile, nous n’allons pas pouvoir atteindre les objectifs ambitieux de l’Agenda 2030. »

Lors de son assemblée de lancement, la plateforme a aussi reçu le soutien de la science. Peter Messerli, professeur au Center for Development and Environment (CDE) de l’Université de Berne, et co-directeur du groupe scientifique d’experts chargé de rédiger le rapport global sur la durabilité sur mandat de l’ONU, a affirmé : «Le plus grand potentiel de transformation de l’Agenda 2030 réside dans l’étroite interdépendance des 17 objectifs. Il faut une responsabilité universelle pour mettre en œuvre et inclure des réseaux décentralisés d’acteurs. Les partenaires de développement publics, privés et de la société civile doivent repenser et renouveler leurs stratégies. »

Le comité de la Plateforme Agenda 2030 de la société civile, élu pour la première fois, représente, avec ses exigences d’une véritable durabilité dans la politique nationale, une grande partie de la population suisse. La plateforme va regarder si la Confédération met en œuvre de façon cohérente l’Agenda 2030. Eva Schmassmann d’Alliance Sud, le Think and Do Tank des organisations suisses de développement et présidente de la plateforme, souligne que : « Au milieu de l’année prochaine déjà la Suisse va devoir présenter un rapport à l’ONU sur les progrès accomplis dans la mise en œuvre de cet agenda. Jusqu’à présent les progrès au niveau fédéral sont restés malheureusement très limités. »

Dans les prochaines semaines et mois la plateforme va :

  • Élaborer des recommandations d’action pour la mise en œuvre de l’Agenda 2030 à l’attention des politiciens, de l’administration suisse et d’autres décideurs.
  • Promouvoir le dialogue et l’échange au-delà des frontières sectorielles et encourager la prise en compte de perspectives différentes
  • Sensibiliser et informer l’opinion publique sur l’Agenda 2030. 

Communiqué d'Alliance Sud du 25 septembre 2017

Plus d'infos

20 novembre 2017